Fibres - Coton


Le coton, la fibre, la mesh… Autant de concepts obscurs, qui pour autant ont une importance cruciale dans votre expérience de vape, notamment lorsque vous vous mettez au reconstructible. Vous devez alors en maîtriser les tenants, aboutissants, et autre capillarité… Nous vous guidons ici à travers les dédales des coils d’atomiseurs reconstructibles.

Pour commencer, un peu d’histoire, car on aime tous l’histoire…

Les débuts du reconstructible furent, comme dans tout domaine, appréhendés à tatillons avec différents matériaux. Les vapoteurs utilisèrent toutes sortes de cotons, jusqu’à opter pour le coton cardé écru. Un coton à l’origine destiné à la chirurgie, qui offrait une capacité d’absorption et une capillarité phénoménales mais aussi une certaine difficulté à la manipulation. Bien sûr, cela posait souci pour les vapoteurs qui souhaitaient légitimement autant de confort et de praticité que de qualité. Aujourd’hui, vous avez le choix parmi de nombreux cotons, répartis dans trois grandes familles : coton, fibres, mesh !

Ce qu’on attend d’un bon coton

Lorsqu’on choisit un coton, nous devons faire en sorte de choisir celui qui aura la meilleure capillarité. Comment expliquer la capillarité ? En fait, le liquide est stocké dans l’espace entre les fibres du coton. Plus les fibres sont espacées, plus le rendu est aérien et plus le coton pourra contenir de eliquide. Lorsque les fibres sont bien espacées, on dit que le coton présente une bonne capillarité. Ainsi, on cherche un coton le plus espacé possible, afin qu’il puisse contenir le plus de eliquide possible et que ce dernier puisse atteindre facilement la résistance, car là est le rôle du coton !

La qualité de vape dépend autant de la qualité de fabrication du coil que du cotonnage, qui fait finalement partie de la conception. 

Lorsque vous aurez étiré le coton pour améliorer sa capillarité, il vous faudra à tout prix éviter de le tasser, ce qui réduirait à nouveau sa capillarité. 

- Un coton trop tassé, que ce soit au niveau de l’arrivée de liquide ou de la résistance, provoque à coup sûr des dry hits.

- À l’inverse, il est aussi contre-productif d’utiliser un coton trop peu tassé. En effet, cela favorise les fuites de eliquide.

L’idéal est donc d’avoir du coton aérien, en quantité suffisante ! Une science exacte que le reconstructible !

Le coton 

Lorsqu’on parle de coton, alors vous pouvez comprendre que le matériel de vape reconstructible que vous avez là est organique et non traité. Sa particularité est notamment sa pureté exemplaire et son atout principal, sa capillarité phénoménale. Vous pouvez sans aucune crainte l’utiliser avec un atomiseur reconstructible RTA (avec réservoir). Cette famille de coton vous assure une vape généreuse. Vous n’avez plus qu’à soigner le dosage pour éviter les fuites. 

Coton japonais : une référence pour les vapoteurs avertis

Avec leur expertise et leur rigueur, les japonais ont toujours brillé par la qualité de leurs produits. Aujourd’hui, dans le monde de la vape, ils brillent par leur coton japonais. 

- Une matière délicate, très pure et hautement qualitative. 

- Le rendu des saveurs avec ce type de coton est exceptionnel.

Le coton cardé écru

C’est le premier coton utilisé dans le monde du reconstructible

- Certes complexe à manier, il présente une sanité et une pureté quasi parfaites et qui plus est hydrofuge. 

- Sa capacité d'absorption est incroyable. À savoir : il met un peu de temps à absorber le eliquide à vause de son caractère hydrofuge (résistant à l’eau), mais l’avantage est qu’une fois l’absorption faite, il peut en stocker beaucoup, et longtemps ! Ainsi, il est idéal sur dripper (sans réservoir).

- En termes de rendu des saveurs, c’est exquis. Il va enrober les saveurs d’une nuance très douce, sans en changer le goût. Il les sublime, en somme ! 

- En plus, le hit se fait plus délicat avec ce coton qui, décidément, frôle la perfection. 

Les difficultés avec ce coton cardé écru : 

- Il est très délicat et difficile à manier, il faut le prendre en main avant de pouvoir réaliser un coil parfait ;

- I nécessite la réalisation de micro-coils ;

- Il faut faire très attention à le nourrir en eliquide, car le risque de dry hit est très élevé.

La fibre

Les fibres peuvent être combinées à du coton, mais elles sont le plus souvent utilisées seules. Les différences avec le coton : une capillarité un peu moins importante, une meilleure résistance à la chaleur. Ainsi, elles sauront prouver leur grande valeur notamment avec les drippers !

La fibre de silice

On va parler notamment de la fibre de silice, qui résiste à de très fortes chaleurs et ne connaît pas même de variation de dimensions ! 

- Très robuste, elle présente une capacité de stockage du eliquide très intéressante. 

- En plus, elle supporte les dry burns sans souci, ce qui est pratique lorsqu’on souhaite nettoyer le coil avant de changer de e liquide !

- La fibre de silice est facile à manier, la réalisation des coils est donc simplifiée. Astuce : la mouiller puis la chauffer au chalumeau la rigidifie et simplifie la manipulation. 

- En termes d’expérience de vape, elle va conférer une légère âcreté à la vapeur et intensifier le hit de gorge, de même qu’elle va un tantinet dénaturer les saveurs. 

Vous comprenez donc que son principal atout reste sa simplicité d’utilisation.

Nota bene : les atomiseurs reconstructibles Stardust ou encore Vivi Nova n’offriront une expérience optimale qu’avec de la fibre de silice !
 

Le mesh en inox

Le mesh est une toile constituée de fibres d’acier inoxydable vendu sous forme de feuilles. Sa qualité se mesure en nombre de fibres par pouce. Les atomiseurs genesis en sont les principaux utilisateurs. 

- Ce format bénéficie d’une innocuité totale une fois oxydé, il ne bouge plus. Quand il noircit, un simple dry burn et il est à nouveau comme neuf ;

- Il bénéficie d’une capillarité hors norme qui alimente à merveille la résistance ;

- En termes d’expérience de vape, on est sur la crème de la crème : il renforce les saveurs et équilibre à merveille le hit de gorge. D’ailleurs, pour les gourmands, il laissera derrière vos saveurs un subtil et agréable petit goût caramélisé. 

Attention toutefois, le mesh ne se manipule pas n’importe comment, il exige patience et maîtrise ! Il vous faut chauffer plusieurs fois le mesh au chalumeau puis le tremper dans de l’eau sucrée, réussir à le rouler suffisamment mais pas trop… Bref, il offre une grande qualité gustative mais demande beaucoup de maîtrise.

La forme du coton / fibre / mesh

La forme du coton choisi pour fabriquer le coil n’influe pas forcément sur l’expérience de vape, mais plutôt sur le confort. Ainsi, c’est plutôt un choix individuel et personnel. C’est à force d’expérience que la manipulation devient un jeu d’enfant pour les vapoteurs adeptes du reconstructible.

- Le nuage : il vous suffit avec un nuage d’étirer le coton afin que ses fibres s’espacent et que sa capillarité s’améliore ;

- Le pad : présenté sous forme de bandelettes, le pad se découpe avec un petit ciseau ou pince coupante. Pour apprécier ce format, il vous faudra connaître la largeur souhaitée ;

- Le lacet : c’est un format qui vient vous faciliter la vie. En effet, le coton est déjà découpé et l’une de ses extrémités est entourée de plastique, comme le serait le lacet de votre chaussure ! Ainsi, le passage dans le coil est simplissime. 

 

Filtre (7 produits)

Prix

0,00 € - 15,00 €
Produit ajouté à vos favoris

Nous utilisons des cookies, y compris des cookies tiers, pour recueillir des informations sur la façon dont les visiteurs utilisent notre site Web. Ils nous aident à vous donner la meilleure expérience possible et à améliorer continuellement notre site. En savoir plus